signature bearnais
signature basque
cma-logo-mobile

Un service digital qui maintient la relation de proximité avec le client

TENDANCES

Un service digital qui maintient la relation de proximité avec le client ? C’est possible !

Le commerce numérique n’est pas réservé à quelques artisans-commerçants initiés. Il est au contraire l’affaire des chefs d’entreprise qui cherchent des solutions pour développer leur activité en s’adaptant aux nouvelles attentes des consommateurs : « plus vite, plus vrai, plus responsable ! ».

Emmanuel Arrechea, chargé de mission à l’ANTIC Pays basque - Agence pour les Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication- dont la vocation est d'aider les entreprises locales à l'utilisation des nouvelles technologies, observe :

« Malgré une tendance très forte sur l’achat en ligne, la boutique physique reste un point d’ancrage indispensable pour les consommateurs. L’enjeu réside donc dans la capacité de l’artisan à se doter d’un outil en ligne au service de son espace de vente pour compléter l’expérience d’achat de son client.
Aujourd’hui, les clients viennent en boutique avec un smartphone dans leur poche et de fait, la transforment en un environnement hyper-connecté ! En choisissant le bon outil, le chef d’entreprise capte une nouvelle clientèle et fidélise l’actuelle sans surprise et sans surcoût. »

Les témoignages qui suivent nous montrent que le commerce de détail connecté offre la possibilité aux clients de gagner du temps, de consommer durable tout en maintenant le contact humain avec l’artisan. Et permet au chef d’entreprise de s’ouvrir à de nouvelles perspectives de développement, de maîtriser la production ainsi que le trafic sur le lieu de vente grâce à des services web transparents.


Retours sur expérience dans le secteur de l’alimentaire avec Fabienne Daguerre, gérante de la boulangerie-pâtisserie-chocolaterie Daguerre à Saint-Pierre d’Irrube, utilisatrice de l’application « Rapidle », et Benoît Galopin, gérant de la poissonnerie Lamothe à Anglet, utilisateur de l’application « Too good to go ».

Benoît Galopin, a démarré l’expérience de l’application Too Good to Go en juin 2017. Cette application permet de réduire le gaspillage alimentaire en récupérant à petit prix les invendus des commerçants à la fermeture.

too good to go« J’ai été démarché par téléphone, et j’ai voulu tenter cette nouvelle application de lutte contre le gaspillage alimentaire. Je n’ai jamais jeté de nourriture, je donnais mes invendus au personnel ou à mes voisins. Avec cette nouvelle application, je mets en vente mes invendus à prix cassés (-60% de remise) sous forme de portion en barquette, que l’utilisateur de l’application peut réserver, payer en ligne et venir chercher aux horaires que j’ai défini.

La personne ne sait pas ce qu’il y aura dans la portion lorsqu’il réserve, ce qui me simplifie la mise en ligne. Je vends en ligne essentiellement la partie traiteur : la portion est vendue 4,50€, dont 1€ est reversé à l’application. Il y a également 20€ de souscription qui est vite rentabilisée. Je ne gagne pas d’argent sur cette opération, mais cela m’a permis d’attirer de nouveaux clients et faire découvrir de nouveaux produits.

L’application me donne davantage de visibilité, les clients qui sont venus via l’application reviennent dans ma boutique acheter d’autres produits. Le seul point négatif est que nous n’avons pas le choix du prix de vente de la portion, l’application impose un pourcentage de remise, et je pense qu’il serait mieux de laisser le choix du tarif à l’artisan. »

Astrid Monteau, chargée de développement économique à la CMA64 précise :

« la vente en ligne et sur application est de plus en plus utilisée par les consommateurs. La demande est croissante car cela permet au client de réfléchir en amont à ce qu’il souhaite, réserver les produits en avance et gagner du temps. Les artisans-commerçants peuvent ainsi booster leur vente et diversifier leur clientèle. »

rapidle

Fabienne Daguerre a connu l’application Rapidle à l’occasion d’une réunion organisée par la confédération de la boulangerie pâtisserie française. Rapidle est une application de commande en ligne et de retrait express en commerce de proximité, notamment dans les boulangeries et la petite restauration.
« Le commercial de cette jeune startup s’est déplacé jusqu’à mon magasin et nous a formés à l’utilisation de l’outil. Ce service comprend la livraison d’une tablette, du logiciel et d’une maintenance mensuelle. C’est un investissement largement amorti ! Le temps d’adaptation à ce principe de vente est assez rapide et le fonctionnement est simple. Il faut bien veiller à présenter sa gamme de produits, pain, viennoiserie, pâtisserie, et mettre à jour quotidiennement l’état des stocks. Cet outil nous permet de mettre en avant certains produits et de satisfaire une nouvelle clientèle. Depuis mars 2017 date de notre existence sur Rapidle nous comptabilisons 255 nouveaux clients utilisateurs de l’application. Ce sont principalement de jeunes actifs qui commandent leur formule sandwich du déjeuner en semaine. Mais qui consomment également les week-end pour des moments festifs. Nous avons également une clientèle de passage qui nous repère grâce à l’application. Côté consommateur je n’ai constaté aucun mécontentement ! Les clients s’inscrivent sur notre site, passent commande, effectuent le règlement sécurisé et passent retirer en boutique où nous avons installé une zone de retrait express.».

ZOOM

Pour lutter contre le gaspillage alimentaire

Vous êtes boulanger, pâtissier, charcutier traiteur, boucher, restaurateur, primeur, et vous avez besoin :
  • D’obtenir des solutions pour limiter vos pertes ?
  • De connaître les bonnes pratiques pour revaloriser vos invendus ?
  • De maîtriser les outils vous permettant une meilleure gestion des stocks et ainsi diminuer vos pertes financières ?

La CMA64 vous propose un diagnostic pertes/déchets, des conseils individualisés, et un suivi de vos actions. Vous diminuerez ainsi le coût de traitement de vos déchets et valoriserez l’image de votre entreprise en l’inscrivant dans une démarche de protection environnementale.

Votre contact :

Astrid Monteau pour l’accompagnement à la gestion des déchets alimentaires des entreprises artisanales -
Tél. : 05 59 55 82 63 ou contacter par mail

A SAVOIR

La Chambre de Métiers et de l’Artisanat du 64 et l’ANTIC Pays basque ont initié une démarche de sensibilisation au développement des outils numériques des entreprises artisanales du secteur alimentaire.

Votre contact :

Florent Wacongne pour l’accompagnement au développement numérique des entreprises artisanales
Tél. : 05 59 55 82 63 ou contacter par mail

Il existe d’autres applications concernant la lutte contre le gaspillage alimentaire, la sécurité alimentaire, l’alimentation durable.

ZOOM SUR LE E-COMMERCE

  • le secteur du e-commerce a connu une forte croissance en 2016 (+ 14,6 %)
  • les perspectives pour 2017 sont favorables.
  • la part des entreprises de + de 5 salariés qui vendent en ligne a augmenté de 5 % par rapport à 2015
  • les e-commerçants s'installent de plus en plus dans les communes de moins de 20 000 habitants
  • les ventes sur smartphone et la livraison click & collect ont progressé
  • l'usage des réseaux sociaux a également permis le développement des ventes en ligne
  • 17 % des entreprises du e-commerce ont embauché au moins un salarié en 2016
  • 26 % prévoient d'en recruter au moins un en 2017.
Source : Enquête Oxatis : le Profil du e-commerçant 2017 (10è édition - Spécial TPE / PME) .- in : Fevad, 26/01/2017

DIGITALISATION ET HABITUDES D’ACHAT

  • Les nouvelles formes d’achat incitent les magasins dits « traditionnels » à réinventer leurs modèles et développer des stratégies digitales.
  • L’e-commerce alimentaire ne cesse de progresser : il pourrait atteindre 10 % des ventes d’ici 2025 (4,3 % des ventes en 2014).
  • Le principal levier de croissance est le « m-commerce » (via mobile), qui représente un chiffre d’affaires de 7 Mds € en 2016 (+ 50 % en 1 an).
  • La vente en ligne avec livraison est plébiscitée notamment par les populations avec des agendas professionnels chargés et des difficultés de déplacement.
  • Les drives sont également en plein essor (5 % de part de marché), grâce à leur praticité et le gain de temps qu’ils représentent, sans surcoût de livraison.

Source : Evolution des comportements alimentaires : cartographie des mouvements en marche / Crédit Agricole .- in : Prisme, 01/06/2017